Impact de la pollution sur un bébé nouveau-né : quels sont les risques ?

Des études menées dans neuf pays ont montré que la pollution n’est pas seulement nocive pour la santé d’une personne se trouvant régulièrement dans une zone polluée mais également pour les enfants et notamment, le fœtus. En effet, les nouveau-nés dont les mères ont été souvent exposées à la pollution atmosphérique présentent plus de risque d’avoir un faible poids à la naissance, inférieur à 2,5 kilos.

Vivre en ville : les risques pour la femme enceinte

Bien que vivre en ville puisse être plus pratique que la vie à la campagne, elle n’est pas sans risques pour les femmes enceintes puisque la pollution atmosphérique présente de nombreux effets nocifs sur le poids et la santé d’un bébé à venir. Lorsque la future maman est fréquemment exposée aux gaz d’échappement émis par les véhicules et les fumées d’usine, il y a plus de risque que le nouveau-né naisse avec un faible poids : un petit poids qui expose le bébé à des risques d’allergie et de maladie prénatale.

Pollution en ville : les mesures qu’il faut prendre

Face à l’augmentation de la pollution en milieu urbain, le risque de donner naissance à un bébé de faible poids augmente de 10% lorsque la concentration des particules fines polluantes est importante. Le meilleur moyen de réduire la pollution serait donc de diminuer le nombre de véhicules opérationnels ou du moins, sélectionner les voitures moins polluantes qui peuvent circuler en ville : une mesure préventive que le gouvernement français envisage sérieusement de mettre en application afin de réduire considérablement la pollution et diminuer ainsi le nombre d’enfants qui naissent à terme avec un poids inférieur à 2,5 kilos. Et en ce qui concerne la femme enceinte, durant sa grossesse,il serait préférable qu’elle puisse passer le maximum de temps éloignée des lieux où la concentration en particules fine est élevée.